déduire-cadeau-partenaire

Orthophonistes : comment déduire les cadeaux que je fais à mes patients et partenaires ?

Les cadeaux et pourboires effectués dans le cadre de votre activité peuvent être déduis lorsqu’ils rentrent dans votre activité professionnelle d’orthophoniste.

Et soudain vous avez un flash « Et si je mettais mes cadeaux de Noël perso en charge déductible ?! » Stooop ! N’y pensez même pas ! En effet vous devrez fournir des justificatifs en cas de contrôle fiscal ou contrôle AGA. L’administration est d’ailleurs très vigilante aux dépenses effectuées au mois de décembre, afin d’éviter les abus.

Vous devez pouvoir prouver par des documents nominatifs que le bénéficiaire des avantages consentis entretient avec vous une relation professionnelle. Lors d’un EPS (Examen périodique de Sincérité) par voter AGA ou notre Visa Fiscal, il est nécessaire de posséder la facture et d’avoir notifié le nom du chanceux bénéficiaire.

Remarque : si la dépense cadeau augmente dans une proportion supérieure à celle des bénéfices imposables, l’administration peut réintégrer les dépenses si le professionnel ne justifie pas qu’elles sont nécessitées par son activité.

L’administration fiscale lors d’un contrôle peut être amenée à réintégrer une partie de ces dépenses si elle apporte la preuve que le montant des cadeaux est excessif ou si vous n’apportez pas la preuve que ces cadeaux ont été engagés dans l’intérêt direct de votre activité.

Le conseil Comptasanté :

Concrètement pour les orthophonistes en libéral, ces dépenses de cadeaux sont totalement déductibles si elles restent raisonnables : votre comptable sera là pour vous donner les garde-fous. Mais conservez bien les factures !

Autre article : Puis-je également déduire également mes frais de santé (dentiste, optique..)  ? Réponse par ici sur notre article : Les frais de santé, déductibles ?

Ortho : Passer de BNC à SELARL, cela vaut-il vraiment le coup ?

Vous souhaitez payer moins d’impôts ? Réduire vos charges sociales ? Optimiser votre rémunération ? Vous dégager une trésorerie importante ? La SELARL peut être la bonne solution.

Dans la vie d’un(e) orthophoniste, il peut se poser la question du passage en SELARL. Mais une SELARL, c’est quoi ? C’est une Société d’Exercice Libéral à Responsabilité Limité. C’est un statut que vous pouvez choisir pour exercer en tant qu’orthophoniste libéral(e), afin de payer moins d’impôt. Cependant, le passage du statut BNC « classique » au statut de SELARL n’est pas à envisager à la légère car il est lourd administrativement, et conseillé uniquement pour les orthophonistes ayant un bénéfice supérieur 70 000€ /an.

Pour quel profil d’orthophoniste ?

L’exercice en SELARL s’adresse généralement à des orthophonistes ayant un résultat BNC supérieur à 70 000 €. Il peut néanmoins y avoir des cas, où le BNC n’atteint pas 70 000€ mais que le passage en SELARL est tout de même recommandé. Nous contacter pour en savoir plus.

Comment savoir si c’est opportun ?

Tout dépend de votre train de vie et de votre rémunération.

Si l’écart entre votre niveau de vie (loyer, emprunt maison, nourriture, vacances… et impôts personnels) et votre rémunération est important, passer du BNC à la SELARL peut être opportun.

Ex : votre bénéfice s’élève à 100 000 € par an et vous n’avez besoin pour assurer votre train de vie que de 70 000 € , alors le passage en SELARL peut être opportun.
A l’inverse si votre BNC s’élève à 100 000 € par an et que vous avez besoin de 90 000 € pour assurer votre train de vie, l’écart n’est pas suffisamment significatif et le passage en SELARL ne parait pas opportun.

Plus l’écart entre votre niveau de vie et votre résultat BNC est important, plus le passage en SELARL devient avantageux.

Les principaux avantages

  • Diminuer votre imposition et vos charges sociales

Lorsque vous exercez en BNC votre base d’imposition correspond à votre résultat de l’année (par exemple 100 000€). Base d’imposition = 100 000 €
Si vous n’avez besoin que de 70 000 € pour assurer votre train de vie, nous retiendrons ce montant en « rémunération de gérance. ».
Base d’imposition = 63 000 € (abattement complémentaire de 10% appliqué)

Nous pouvons vous accompagner pour déterminer avec vous le montant dont vous avez besoin pour assurer votre niveau de vie afin de réduire votre base d’imposition. Nous contacter ici.

  • Réduire vos charges sociales

Comme pour l’imposition, la même mécanique s’applique pour les charges sociales. La base de calcul des charges sociales sera calculée sur la rémunération de gérance (70 000 €) et non le résultat BNC (100 000 €)

  • Se dégager de la trésorerie personnelle

Nous avons développé au sein de Comptasanté un montage spécifique permettant de faire racheter votre propre patientèle BNC par votre propre SELARL. Vous vous dégagerez ainsi du « cash » de manière conséquente pour vos projets (maison, voyages… mais aussi investissement SCPI, donation, retraite…).

Si vous décidez de passer SELARL, notre cellule spécialisée pourra vous accompagner pour partager notre expertise et vous proposer un montage optimisé.

Les principaux inconvénients

En résumé, la SELARL est une forme juridique qui peut vous permettre de payer moins d’impôts si vous avez de gros revenus BNC (plus de 70K), néanmoins, avant de vous lancer, veillez à bien calculer le montant de cet impôt en BNC vs. SELARL et bien prendre conscience du poids administratif plus lourd d’une SELARL comparé à un simple régime BNC.

Demander une étude préalable gratuite pour le passage en SELARL

 

Le congé paternité pour les orthophonistes libéraux

Disclaimer : Cet article reprend du contenu présent sur Ameli.fr

A partir du 1er juillet 2021, le congé paternité à prendre après les 3 jours de congés pour l’accouchement, passe de 11 jours à 28 jours pour les orthophonistes en libéral. La France reste en retard par rapport à d’autres pays européens, néanmoins, c’est une belle avancée pour les jeunes papas / 2e parents !

Dans quel cas ai-je le droit à ce congé ?

  • si vous êtes le père de l’enfant, quelle que soit votre situation familiale : mariage, pacte civil de solidarité (Pacs), union libre, divorce ou séparation, même si vous ne vivez pas avec votre enfant ou avec sa mère.
  • si vous n’êtes pas le père mais que vous partagez la vie de la mère, dans le cadre du mariage, d’un pacte civil de solidarité ou d’un concubinage.

En tant qu’orthophoniste en libéral, vous pouvez percevoir une indemnité journalière forfaitaire lors d’un congé de paternité et d’accueil de l’enfant à l’occasion de la naissance de votre enfant ou de l’enfant de celui qui partage votre vie dans le cadre du mariage, d’un pacte civil de solidarité ou d’un concubinage.

Quand prendre ce congé paternité ? Est-il fractionnable ?

Le congé est fractionnable en trois fois, avec des périodes d’au moins cinq jours chacune.

Quelle est la durée du congé paternité ?

La durée du congé de paternité ou d’accueil de l’enfant est de :

  • 25 jours consécutifs au plus pour la naissance d’un enfant ;
  • 32 jours consécutifs au plus en cas de naissances multiples.

Pièces à fournir

  • Si vous êtes le père de l’enfant:
  • une copie intégrale de l’acte de naissance de l’enfant ;
  • ou la copie du livret de famille mis à jour ;
  • ou, le cas échéant, la copie de l’acte de reconnaissance de l’enfant ;
  • ou, en cas de naissance d’un enfant sans vie, la copie de l’acte d’enfant sans vie et un certificat médical d’accouchement d’un enfant né mort et viable.
  • Si vous n’êtes pas le père de l’enfant mais que vous partagez la vie de la mère, dans le cadre du mariage, d’un pacte civil de solidarité ou d’un concubinage :
  • une copie intégrale de l’acte de naissance de l’enfant ;
  • ou, en cas de naissance d’un enfant sans vie, la copie de l’acte d’enfant sans vie et un certificat médical d’accouchement d’un enfant né mort et viable ;ainsi que l’une des pièces suivantes attestant de votre lien avec la mère de l’enfant :
  • un extrait d’acte de mariage ;
  • ou la copie du Pacs ;
  • ou un certificat de vie commune ou de concubinage datant de moins d’un an ou, à défaut, une attestation sur l’honneur de vie maritale cosignée par la mère de l’enfant.

👉 Lien utile AMELI : Les Indemnités journalières pour les praticiens de santé pour l’accueil d’un enfant.

 

 

 

 

 

comptasante-mini-site-blog-idel-ortho-med-kine

Quelles sont les7 assurances à souscrire quand on s’installe en orthophoniste libérale ?

7 assurances à souscrire quand on s’installe en orthophoniste libérale

Quand on est orthophonistes en libéral, certaines assurances sont obligatoires, d’autres sont facultatives. Les obligatoires : la Responsabilité Civile Professionnelle (RCP), l’assurance pour le local professionnel, l’assurance de votre véhicule. Les facultatives (mais fortement recommandées) : la prévoyance, l’assurance volontaire Accidents de Travail-Maladies Professionnelles (AT-MP), la complémentaire santé, la complémentaire retraite.

Obligatoire : La Responsabilité Civile Professionnelle (RCP).

La RCP a pour but d’apporter des garanties aux orthophonistes devant les juridictions civiles, administratives et pénales. Elle intervient en cas de faute professionnelle, négligence, dégâts corporels ou matériels de la part du praticien.

Obligatoire : Assurance du local professionnel

Cette assurance couvre le cabinet acheté ou loué ainsi que les biens qui sont à l’intérieur du local contre le vol, les incendies, les dégâts des eaux mais aussi s’il arrive quelque chose à un patient à l’intérieur du cabinet.

Pensez également à assurer votre matériel informatique qui peut souvent faire l’objet d’une assurance complémentaire notamment lorsqu’il est utilisé en dehors du local. Il peut aussi être intéressant d’être couvert en cas de panne ou de casse, car ce matériel est essentiel pour les télétransmissions.

Obligatoire : Assurance du véhicule

L’assurance du véhicule est obligatoire comme pour n’importe quel propriétaire d’un véhicule. Le praticien en libéral ne doit cependant pas oublier de déclarer à l’assureur la mixité de l’usage du véhicule s’il s’en sert à la fois personnellement et professionnellement.

Facultative mais recommandée : L’assurance prévoyance

Elle n’est pas obligatoire mais fortement conseillée car en cas d’arrêt de travail, de maladie, d’hospitalisation, de décès et d’invalidité. En effet, l’Assurance maladie ne verse pas d’indemnité journalière aux praticiens, sauf en cas de grossesse. Le montant de l’assurance dépend de l’état de santé de l’orthophoniste, de son âge et de son chiffre d’affaires.

Facultative mais recommandée : L’assurance volontaire Accidents de Travail-Maladies Professionnelles (AT-MP)

Si la prévoyance permet de conserver un revenu pendant l’arrêt maladie, l’accident du travail ou encore une hospitalisation, il faut savoir que le régime d’Assurance maladie des Praticiens et auxiliaires médicaux (PAMC) ne couvre pas le risque AT-MP, y compris l’accident de trajet domicile/travail, donc les soins (examens médicaux, consultations, chirurgie, etc.) liés à l’accident.

Facultative mais recommandée : l’assurance complémentaire santé

Cette complémentaire peut entrer dans le cadre du régime de la loi Madelin ce qui signifie que le praticien peut déduire de ses revenus le montant qu’elle paie pour sa complémentaire santé.

Facultative mais recommandée : l’assurance complémentaire retraite

Si l’orthophoniste n’a travaillé qu’en libéral, c’est un contrat auquel il/elle doit sérieusement réfléchir mais pas forcément dès les premiers mois de son installation.

comptasante-orthophoniste-expert-comptable

Orthophoniste libéral(e) : prendre un expert-comptable, une bonne idée ?

Orthophoniste et comptable, faits pour s’entendre ?

 

L’orthophoniste exerçant en libéral se doit de tenir sa comptabilité, de répondre à des obligations fiscales et administratives. Ces activités souvent chronophages s’ajoutent à l’organisation des séances prescrites en cabinet ou à l’extérieur. Dans ce cadre, faire appel à un expert-comptable, même si ce n’est pas obligatoire, peut constituer un utile soutien !

 

Des activités supplémentaires pour les orthophonistes en libéral

Exercer des activités de soin et de santé en libéral exige des activités complémentaires. Il s’agit notamment de tenue de comptabilité, de gestion de comptes, d’établissement de documents fiscaux et administratifs… Cela demande du temps, des connaissances particulières, de la rigueur. Pour mieux se concentrer sur son cœur de métier, il est souvent tentant de se libérer de certaines tâches en les confiant à un cabinet expert-comptable.

 

Qu’apporte un expert-comptable à l’orthophoniste ?

Parmi les principaux bénéfices apportés par un expert-comptable au quotidien, on peut citer :

  • Un gain de temps
  • Une plus grande tranquillité d’esprit
  • L’assurance d’être à jour de ses obligations
  • Un moyen d’optimiser sa situation budgétaire
  • Un soutien au moment de faire des choix pour son cabinet.

Bien sûr, cela représente un coût, mais c’est aussi un choix qui peut s’avérer rentable.

 

Des solutions pratiques pour les orthophonistes

Un comptable peut intervenir à différents niveaux, selon les besoins et la rigueur démontrée par le praticien.

  • Lors de l’installation en libéral

Encadrement des démarches de création (immatriculation, enregistrement, choix du statut)

Réalisation ou vérification d’un plan de financement

Choix du statut, pour le libéral et/ou les locaux

  • Tout au long de l’activité, pour la comptabilité :

Tenue des comptes

Enregistrement des recettes et charges

Etablissement du bilan

Synthèse annuelle avec un expert

  • Régulièrement, pour la fiscalité

Etablissement des déclarations

Accompagnement pour optimisation de l’imposition

  • Les déclarations sociales

Cela est en lien avec l’activité en elle-même, mais aussi avec les locaux, le patrimoine, la retraite…

 

Où trouver son expert-comptable ?

Les cabinets d’expertise comptable sont nombreux. Leurs services, régis de manière officielle, sont sérieux. Quelques points peuvent faire la différence pour qu’une bonne relation professionnelle s’instaure :

  • La bonne connaissance du secteur des professionnels de santé
  • La facilité avec laquelle sont transmis et échangés les documents nécessaires
  • La réactivité et la disponibilité
  • Les prix proposés
  • La possibilité d’avoir un conseiller dédié

Des comptables maîtrisant les spécificités des métiers du médical et de la santé, peuvent répondre plus vite et plus facilement aux besoins d’un orthophoniste.

 

compte-bancaire-pro-orthophoniste-comptasante-blog

Orthophonistes, vous faut-il un compte bancaire pro ?

Orthophonistes, vous faut-il un compte bancaire pro ?

 

Votre installation en tant qu’orthophoniste libéral fait aussi de vous un chef d’entreprise. Dans le cadre des démarches entreprenariales à effectuer, il est recommandé d’ouvrir un compte bancaire dédié à votre activité de santé. Parfois, l’ouverture d’un compte professionnel est même obligatoire. Ce compte, qu’il soit professionnel ou considéré comme tel, se montre utile à votre comptabilité.

Compte professionnel obligatoire ou pas pour votre activité ?

Cela fait partie des précisions qu’un expert-comptable peut apporter sur les formalités d’une installation : les sociétés à capital social ont l’obligation d’avoir un compte courant professionnel pour déposer leur capital social et obtenir leur immatriculation. Si vous choisissez d’exercer l’orthophonie en société, vous aurez donc à ouvrir un compte bancaire professionnel. Ce type de compte est spécifique dans les établissements bancaires et comporte souvent des frais différents de ceux des comptes classiques. Soyez à l’écoute des différents tarifs pratiqués.

Si vous êtes orthophoniste libéral en individuel, vous n’êtes pas obligé d’avoir un compte bancaire professionnel. Mais ouvrir un 2nd compte (semblable à votre compte personnel habituel) réservé à votre activité est fortement recommandé.

 

Une gestion fiscale et comptable simplifiée

Avoir un compte bancaire, professionnel ou assimilé, entièrement dédié à votre activité libérale, regroupe plusieurs avantages en termes de gestion budgétaire. Les cabinets d’expertise-comptable relèvent plusieurs points positifs :

  • Vous ne risquez pas de mélanger les opérations effectuées en tant qu’orthophoniste et celles répondant à des besoins personnels ; vous limitez les risques de confusion ;
  • L’existence de ce compte bancaire, ne comportant que des données professionnelles, favorise la bonne tenue de votre comptabilité, qu’elle soit faite par vos soins et par un expert-comptable ;
  • Vous pouvez à tout moment consulter l’état de votre trésorerie et le montant à disposition pour les dépenses de votre cabinet d’orthophoniste ;
  • Le compte « pro » facilite la mise en place de règlements mensuels, la souscription à des services professionnels (adhésion, cotisations, charges) ;
  • Vous avez en permanence accès à des documents bancaires pour vérifier vos entrées et sorties d’argent sans risque de confusion avec des revenus ou dépenses personnels.

 

Quelques points à retenir sur le compte pro d’orthophoniste

Votre banque vous demandera peut-être d’ouvrir un compte professionnel même si ce n’est pas obligatoire au regard du choix que vous avez fait pour exercer en libéral. Retenez bien qu’un orthophoniste exerçant en individuel peut se contenter d’un 2ème compte (dans la même agence bancaire ou dans une autre banque), avec chéquier et carte bleue, qui servira de compte « professionnel ».  Ce compte est destiné à percevoir les honoraires remis par la patientèle, à régler les frais professionnels et à se verser une rémunération. Les relevés bancaires sont à archiver afin d’assurer la tenue de votre comptabilité, en les transmettant, si tel est votre choix, à un cabinet comptable.

A noter : Selon l’expérience des professionnels en libéral et l’avis d’experts-comptables, il est conseillé de conserver au minimum la moitié de votre chiffre d’affaire sur le compte pro. Ce montant vous met à l’abri pour régulariser vos charges sociales ou effectuer des dépenses inattendues. L’autre partie peut être librement utilisée à titre personnel.

Au début de votre activité libérale, pensez d’abord à être prévoyant ! Pour gérer votre trésorerie et votre budget, vous pouvez bénéficier de l’accompagnement d’un expert-comptable spécialisé dans les professions de santé.

 

orthophoniste-cabinet-installation

Comment s’installer en tant qu’orthophoniste ?

Comment s’installer en tant qu’orthophoniste

 

Détenteur d’un certificat de capacité orthophoniste, vous voulez vous installer en libéral. Différentes étapes jalonnent cette installation. Pour accompagner le démarrage de votre activité, n’hésitez pas à demander conseil à des confrères, à des services institutionnels et à des partenaires au fait des spécificités de votre métier, tel un expert-comptable.

 

Des choix à faire pour l’installation en libéral

Un orthophoniste peut s’installer seul, en association, en collaboration, au sein d’un cabinet médical regroupant plusieurs spécialités. A chaque praticien de choisir en fonction de l’activité qu’il souhaite développer et de l’endroit où il veut s’implanter. Dans tous les cas, mieux vaut faire une étude du marché et de la patientèle en vérifiant l’offre, la demande, la présence de médecins, de prescripteurs…

  • Les orthophonistes s’installant en zone sous-dotée ou très sous-dotée (banlieues, zones rurales) peuvent bénéficier de mesures incitatives comme la réduction des cotisations sociales ou l’aide à l’achat d’équipement ;
  • L’installation dans un cabinet regroupant plusieurs spécialités représente une option intéressante à condition de bien étudier les conditions de ce regroupement d’activités de soins ;
  • L’acquisition d’un cabinet, notamment en ville, représente un coût non négligeable mais cela permet de disposer directement d’une patientèle constituée.

Faire vérifier un business plan avec un comptable, expert dans les professions de santé, peut vous aider à valider ou orienter vos choix.

 

Le cabinet d’orthophoniste et son statut

  • L’orthophoniste peut envisager d’exercer en entreprise individuelle, avec pour statut celui du libéral en BNC (avec comptabilité simplifiée), de la SELURL (société à responsabilité limitée unipersonnelle), ou la SELASU (société par actions simplifiée unipersonnelle).
  • Avec d’autres praticiens, l’orthophoniste peut exercer en SCM (société civile de moyens), en SELARL (société d’exercice libéral) ;
  • Le local où est installé le cabinet peut être loué, acheté à titre personnel, professionnel, en SCI…

Les statuts juridiques et contrats liés à l’installation peuvent être expliqués et visés par un expert-comptable.

 

Les étapes administratives du futur orthophoniste

Plusieurs démarches sont inhérentes à l’installation de l’orthophoniste en libéral :

  • Validation du diplôme à la Division Territoriale de l’Agence Régionale de Santé ;
  • Inscription à la CPAM, afin de recevoir les fiches de soins pré-remplies ;
  • Affiliation à la CARPIMKO, caisse de retraite des orthophonistes ;
  • Souscription à différents contrats d’assurances : pour le cabinet, le véhicule et la Responsabilité Civile Professionnelle ;
  • Déclaration à l’URSSAF, pour le recouvrement des cotisations sociales

Recommandation pour des avantages fiscaux : Adhérer à une Association de gestion agréée ou obtenir un visa fiscal par l’intermédiaire de son cabinet d’expert-comptable permet de réduire son imposition.

 

Les charges à prendre en compte au démarrage

Démarrer une activité d’orthophoniste en libéral implique de nombreux frais et souscriptions : le local et son aménagement, le matériel pédagogique, les cotisations, les assurances, l’informatique, le terminal Carte vitale… En général, on considère qu’il faut disposer de 3 mois de Chiffre d’Affaires pour satisfaire aux charges incombant à l’installation. Afin d’optimiser votre budget tout en respectant les obligations administratives, vous pouvez confier votre comptabilité à un cabinet d’expert-comptable, maîtrisant les spécificités des professionnels de santé.

 

Découvrez Comptasanté, le n°1 de la comptabilité dédiée aux professionnels de santé en libéral.

ZFU (Zone Franche Urbaine) et ZRR (Zone de Revitalisation Rurale)

Quelles sont les aides accessibles aux orthophoniste en ZFU ou ZRR ?

Installés en libéral en ZFU (Zone Franche Urbaine) ou ZRR (Zone de Revitalisation Rurale), les orthophonistes peuvent bénéficier d’importants allègements fiscaux sous forme d’exonération d’impôt. A condition de répondre à certaines conditions dont les spécificités sont connues par votre comptable.

5 + 3 années d’exonération pour les orthophonistes en ZRR

S’installer en orthophoniste en ZFU présente un avantage conséquent pour votre budget : 5 ans d’exonération totale d’impôt. Ensuite, 75% des bénéfices sont exonérés la 6e année, 50% la 7e, 25% la 8e.

Exemple : Pour un praticien libéral en ZRR déclarant 48 000 €/an de bénéfice.

Durant 5 ans, exonération totale d’impôt

Avec 75% d’exonération sur l’année 6 : imposition sur 12 000 €

Avec 50% d’exonération sur l’année 7 : imposition sur 24 000 €

Avec 25% d’exonération sur l’année 8 : imposition sur 36 000 €.

Sachez qu’en cas de départ de la ZRR dans les 5 ans suivants l’application des allègements, le professionnel devra rembourser les impôts non versés grâce aux exonérations. Cela est dû au fait que les exonérations visent à installer durablement des activités professionnelles dans des quartiers et des territoires à redynamiser.

Pour bénéficier des allégements

  • Le siège social ainsi que la grande majorité de l’activité doivent être enregistrés dans la ZRR
  • Le régime réel d’imposition doit être choisi par le professionnel et non le régime micro BNC

Pour faciliter la comptabilité des activités en ZRR et hors zone, ainsi que le suivi dans le cadre du régime réel, les services d’un comptable, spécialiste des professionnels de santé, peuvent vous faire gagner du temps.

Le dispositif ZFU pour les orthophonistes libéraux

Comme en zone éligible rurale, la Zone France Urbaine accorde aux orthophonistes installés dans ces quartiers une exonération totale d’impôt de 5 ans. L’exonération diminue ensuite graduellement, à 60% pour la 6ème année, 40% pour la 7ème, 20% pour la 8ème.  Un comptable peut vous conseiller afin de réduire l’imposition de manière optimale.

Conditions d’accès

Comme dans le cadre des ZRR, des obligations administratives conditionnent l’application des exonérations du dispositif ZFU pour les orthophonistes :

  • Plus de 25% du Chiffre d’Affaires doivent être réalisés en ZFU, lieu où le praticien programme ses séances
  • L’accord de l’administration doit être formellement ou tacitement obtenu suite à une demande écrite

Plusieurs générations de ZFU coexistent sur le territoire, qui peuvent permettre à des libéraux en exercice avant 2007 de faire appliquer les exonérations.

Afin de respecter les conditions exigées, un comptable, spécialiste des activités libérales de santé, est à votre disposition.

En résumé, les dispositifs d’aides ZRR et ZFU pour les orthophonistes libéraux :

zfu zrr tableau

Pour vous concentrer sur votre activité d’orthophoniste tout en optimisant votre situation fiscale et administrative, le cabinet Compta Santé peut vous accompagner.

 

Découvrez un service comptable pour les orthophonistes :

Comptabilité orthophoniste

 

Les Offres Compta Santé

Comptasante ancv cheque vacances

Orthophoniste, puis-je avoir des chèques vacances ?

Vous pensez à vos vacances et vous vous demandez si vous pouvez bénéficier de chèques-vacances ? Sachez que ce dispositif, auparavant destiné aux salariés, est accessible aux professionnels de santé exerçant en libéral depuis 2005. Compta Santé, au service des orthophonistes, médecins, kinés, infirmiers,… vous apporte des infos.

Pour les vacances et les loisirs des activités libérales

Hébergement, activités sportives, restauration, spectacles, loisirs,… : vous avez de nombreuses occasions d’utiliser les chèques-vacances de l’ANCV. Plus de 200 000 points de vente les acceptent. Depuis 2005, les chèques-vacances peuvent être demandées par les dirigeants non salariés, avec ou sans salarié, pour leur propre usage. Autrement dit, les orthophonistes en libéral peuvent en disposer ! Des avantages fiscaux et sociaux y sont associés. Compta Santé vous en dit plus sur leur impact au niveau de votre gestion comptable.

Un impact positif sur votre budget

L’orthophoniste qui s’attribue des chèques-vacances se verra exonéré de charges sociales (hors CSG CRDS) jusqu’au seuil de 30% du SMIC soit 450 € et d’impôt sur le revenu dans la limite du SMIC. Spécialiste des professions médicales et para-médicales, Compta Santé vous précise le fonctionnement de ces exonérations.

Quand un orthophoniste choisit de s’octroyer des chèques-vacances pour un montant de 450 € :

Avec un taux d’imposition à 25%, l’orthophoniste verra son imposition s’alléger de 110 € ;

Ses cotisations sociales d’environ 60 € ;

Pour prendre en compte tous les avantages fiscaux possibles, un expert de Compta-Santé reste à votre disposition.

Compta Santé vous précise que plus votre imposition sur le revenu est élevée, plus l’avantage fiscal est bénéfique.

Attention, des frais non déductibles supplémentaires sont appliqués :

75€ de frais de dossier lors de la 1ère commande

1% commissions

19€ de frais de port.

La démarche pour les chèques-vacances

A l’instar des autres professionnels libéraux, l’orthophoniste doit demander ses chèques vacances en ligne :

  • Auprès du site de l’ANCV : www.ancv.com
  • Avec ouverture d’un compte (ce qui occasionne des frais, réduits par rapport à d’autres employeurs)
  • En accédant à la rubrique « pour les employeurs de moins de 50 salariés et TNS ».

Pour plus de souplesse, les chèques-vacances restent valides durant 2 ans après la date d’émission.

Que ce soit pour la mise en place des mesures liées à vos vacances ou pour toute question concernant votre fiscalité ou votre imposition, vous pouvez contacter votre comptable, spécialiste des professions de santé.

Votre comptabilité simple, rapide et économique :

Un avantage pour les orthophonistes : l’AGA ou le Visa fiscal

En tant qu’orthophoniste exerçant en libéral, vous avez sans doute entendu parler d’AGA (Association de Gestion Agréée) ou du Visa Fiscal. Leur rôle est de vous éviter la majoration de 25% fixée par l’administration sur les revenus déclarés au régime réel. Autrement dit, mieux vaut adhérer à une AGA ou au visa fiscal pour optimiser votre fiscalité !

L’AGA et le Visa fiscal ouverts aux orthophonistes

En plus de soutenir les spécialistes en libéral dans leurs démarches administratives, une Association de Gestion Agrée leur donne accès à la non-majoration de 25% de leurs revenus.
Entreprise de services, un cabinet d’expertise comptable s’occupe de votre comptabilité, de votre fiscalité, de vos démarches. Ses missions permettent d’exercer votre activité d’orthophoniste plus sereinement tout en optimisant votre bilan comptable. Un cabinet agréé peut notamment vous proposer le visa fiscal qui permet d’annuler la majoration de vos revenus de 25% !

Les conditions d’adhésion à une AGA ou au Visa fiscal

La non-majoration de vos revenus d’orthophoniste libéral est conditionnée à une adhésion à une AGA ou au Visa fiscal de comptables agréés :

Avant le 31 mai de l’année en cours, pour une 1ère adhésion à une AGA.

Avant le 31 décembre de l’année N-1, en cas de changement et/ou d’adhésion antérieure à une AGA.

Au cours des 5 premiers mois de votre installation en libéral.

Contractuellement, les pièces à fournir sont un bulletin d’adhésion ou une lettre de mission, alliés au règlement de l’adhésion ou d’honoraires pour le cabinet comptable.

Un cabinet comptable comme Compta Santé peut prendre en charge toutes les démarches de transfert si vous choisissez par exemple de passer d’une AGA au Visa Fiscal. Rien à faire et aucun risque de payer 2 cotisations durant l’année de transfert !

L’Examen Périodique de Sincérité en toute sérénité

Afin de vérifier la validité des déclarations fiscales des professionnels en libéral, L’EPS contrôle les pièces justificatives des praticiens. L’adhésion au Visa fiscal, et donc l’accompagnement d’un cabinet comptable, simplifie cet examen ; toutes les informations et éléments sont déjà visés et rassemblés par les comptables. Le professionnel de santé, qu’il soit médecin, infirmier, orthophoniste, … n’a pas de souci à se faire !

Les points essentiels pour un orthophoniste :